Actualités

Partager sur :
28 juin 2021
Action UPP en cours

Tribune Le Monde : « Qui parle en notre nom, nous qui sommes plus de 190 000 à exercer des métiers divers, même si nous sommes tous des auteurs ? »

Vue 281 fois

L'Union des Photographes Professionnels est signataire de la tribune intitulée  « Qui parle en notre nom, nous qui sommes plus de 190 000 à exercer des métiers divers, même si nous sommes tous des auteurs ? »  publiée dans Le Monde dimanche 27 juin 2021.

Dans cette tribune, des représentants de photographes, écrivains, chorégraphes, traducteurs et biens d’autres professions demandent à propos du rapport Racine que les acteurs du débat et les représentants des auteurs et des artistes parlent en leurs noms et respectent la diversité des métiers concernés par le rapport.



En voici quelques extraits : 

" Le rapport Racine, commandé par le ministère de la culture, pointait notre précarité. Il était riche de 23 préconisations pour y remédier. Nous voulons affirmer ceci : ce rapport était un point d’étape important et nous avons tous salué l’intérêt de sa parution et les aspects intéressants de son contenu, mais certaines de ses préconisations sont loin de faire l’unanimité parmi les auteurs que nous représentons.

Nous déplorons donc vivement que seule la parole des organisations réclamant l’application stricte de ce rapport soit relayée dans les médias.

En d’autres termes : non, tout n’est pas bon à prendre dans le rapport Racine et non, il n’est pas admissible que certains parlent au nom des autres sur des sujets aussi importants que les élections professionnelles, le statut de l’auteur, la représentativité ou le contrat de commande."

"Qu’est-ce qui fait débat dans le rapport Racine ?

En premier lieu, donc, les fameuses « élections professionnelles ». Elles supposent, pour déterminer qui serait électeur ou éligible, de créer un « statut de l’auteur professionnel », ce qui rend un grand nombre d’entre nous pour le moins perplexes"

"Il y a bon nombre d’autres sujets de ce rapport qui suscitent des réserves, notamment l’encadrement du contrat de commande, quasiment inapplicable à la diversité de nos métiers et risquant de modifier en profondeur les rapports avec nos commanditaires, au risque de glisser vers le régime du copyright (dépossession du droit d’auteur) ou du salariat (lien de subordination)."

"Restons-en au fond du problème qui est tout simplement une question de justice et de respect. Parole plurielle, volonté commune."


" Nous voulons qu’aucun auteur ne soit oublié, invisibilisé. Que toutes les paroles soient entendues, et respectées. Nous refusons le régime de pensée unique, d’exclusion, et de chasse aux sorcières que l’on cherche à nous imposer, lui préférant un chœur à plusieurs voix, soudé dans sa détermination à obtenir des avancées favorables à tous les auteurs."



Retrouvez la tribune ici : https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/06/27/culture-qui-parle-en-notre-nom-nous-qui-sommes-plus-de-190-000-a-exercer-des-metiers-divers-meme-si-nous-sommes-tous-des-auteurs_6085894_3232.html

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité