Actualités

Partager sur :

Photoreporters : partir en Ukraine ?

06 avril 2022 Action UPP en cours
Vue 720 fois

Un mois après le début du conflit ouvert qui oppose l’Ukraine et la Russie, plusieurs dizaines de journalistes sont déjà victimes de la violence des affrontements. Les conflits armés mettent les reporters en danger, et en Ukraine, les journalistes sont sciemment pris pour cibles.

 

L’UPP reçoit de nombreux messages de photographes qui souhaitent partir sur les lieux pour couvrir les événements dramatiques qui s’y déroulent. Elle tient à attirer l'attention des professionnels qui veulent documenter cette guerre.


1.     Être reporter de guerre ne s’improvise pas

 

Le gouvernement ukrainien octroie actuellement des accréditations en nombre pour les journalistes étrangers, salariés des grandes rédactions et indépendants. Toutefois, assurez-vous, dans toute la mesure du possible, d’obtenir un ordre de mission d’un organe de presse. Cela vous définit un cadre d’intervention, et vous assure une couverture médicale et une assurance dans le cadre de votre mission.

 

Mais cela ne saurait constituer une protection suffisante pour se rendre dans cette zone dangereuse. Vous devez être muni d’équipement balistique à même de vous protéger contre les armes de guerre utilisées dans ce conflit : casque et gilet pare-balle, même si vous envisagez de rester à distance de la ligne de front. La situation évolue très rapidement, et vous pouvez être pris au dépourvu. Prévoyez un brassard ou un affichage « presse » amovible, car il peut être opportun ou non de le rendre visible.

 

 

2.     Formation

 

Situations à risques

La présence en zone de conflit de haute intensité nécessite que vous soyez conscient des risques. Effectuez donc une étude de risques, et partagez-la avec vos proches pour obtenir leur opinion.

 

Formez-vous aux situations à risque, pour savoir réagir en cas de tirs ou de bombardements :

-        Lisez les informations du Guide pratique du journaliste, élaboré par Reporters sans frontières et l’UNESCO. 

-        Inscrivez-vous aux stages de sensibilisation aux risques en zone de conflit pour les journalistes que propose la Délégation à l’information et à la communication du ministère de la Défense (Dicod).

-        Consultez d’autres témoignages et recommandations disponibles en ligne.

(https://cpj.org/2019/10/physical-safety-war-reporting/ …)

 

Premiers secours

Vous devez être formé aux premiers secours.

Des formations PSC1, PSE1 et PSE2 sont proposées par la Croix Rouge, la Protection civile, les Pompiers. Renseignez-vous pour trouver une session à proximité de chez vous.

 

Contexte

-        Faites des recherches sur les origines du conflit pour comprendre ses causes et ses implications.

-        Apprenez à en connaître la réalité : forces en présences, armes utilisées, lignes de front, alliés, formes d’attaques (air, embuscades, minage, cibles, heures de récurrences…)

-        Étudiez la géographie du pays, la langue, les coutumes. Ne partez pas sans une reconnaissance approfondie de votre lieu de séjour, et prenez avec vous les cartes.

-        Familiarisez-vous avec les uniformes et les véhicules que vous serez susceptibles de rencontrer.

 

 

3.     Anticiper son départ

 

L’UPP vous recommande avec la plus grande vigueur d'obtenir un ordre de mission d’un organe de presse. A défaut, avant de partir, contractez une assurance qui vous couvre durant toute la période que vous passerez en zone de guerre. Reporters Sans Frontières en propose une. 

 

Informez vos proches de vos intentions et réglez toute affaire familiale, administrative ou financière qui pourrait vous préoccuper durant votre mission.

 

Rendez-vous chez votre médecin et dentiste, pour faire le point sur votre santé et limiter les risques sur ce plan (traitement, vaccinations, fragilités)

 

La présence en zone de guerre est onéreuse. Prévoyez un budget minimum d’environ 1000 euros par jour, dont vous devrez disposer en cash.

 

Prévoyez à l’avance vos hébergements et vos modes de déplacement (y compris l’essence, qui est fortement rationnée)

 

Assurez-vous de posséder des moyens de communication fonctionnels et efficaces.

 

Vous ne pourrez pas vous déplacer seul, vous devez donc identifier soigneusement un fixeur / un chauffeur.  De plus, pour ne pas être isolé, prévoyez de vous entourer d’une équipe de journalistes, afin de mutualiser la surveillance, la gestion des risques et des difficultés.

 

Renforcez votre sécurité numérique : limitez au maximum les informations susceptibles d’être accessibles en ligne ou sur votre matériel. En revanche, scannez vos pièces d’identité.

 

RSF a ouvert un Centre de la liberté de la presse à Lviv. Cette structure est un centre de ressources pour les journalistes ukrainiens et étrangers couvrant le conflit, auprès de laquelle il vous sera potentiellement possible d'emprunter du matériel de protection (gilets pare-balle et casques de protection), ainsi que d'obtenir des informations sur la réalité de la couverture du conflit dans le pays (accréditation, déplacements, etc.). Le centre est joignable par mail à lvivpfc@rsf.org

 

 

4.     Sur place, se protéger

 

Créez-vous un réseau

-        Entourez-vous de gens renseignés et qui savent comment réagir en cas de danger.

-        Informez un contact local et un contact à l’extérieur du pays de vos déplacements et de vos actions. 

-        A minima, créez une conversation instantanée type Signal ou Whatsapp afin que quelqu’un puisse donner l’alerte si nécessaire. 

 

Sachez reculer

-        Fixez-vous des limites sécuritaires : prenez en compte la rapidité de survenance des risques et le temps de réaction pour vous mettre à l’abri.

-        Si vous ne disposez pas du minimum : des protections (gilet kevlar avec plaques et casque), un fixeur, un moyen de transport vous ne pourrez pas travailler en sécurité. 

-        N’hésitez jamais à revenir vers l’arrière ou à vous mettre à l’abri. 

 

Veillez sur votre santé physique et mentale

-        Veillez à manger sainement, à dormir suffisamment et à vous reposer. 

-        Emportez partout sur vous vos équipements de protection, une trousse de premiers secours, et une base de survie (une checklist est disponible sur le site de RSF)

-        Le risque de Covid est fort en Ukraine. Portez un masque dès que possible.

-        Prenez en compte votre santé psychologique et ménagez-la. Sachez reconnaître lorsque vous avez atteint vos limites et acceptez de faire une pause, voire de rentrer si nécessaire.

 

 

 

Les reporters de guerre français que nous avons contactés tiennent à transmettre ce message : « Ne partez pas seul si vous n’avez ni formation ni expérience dans ce type de conflit de haute intensité. La couverture de manifestations françaises, aussi intenses soient-elles, ne vous prépare en aucun cas à la violence du contexte ukrainien. Les situations de stress intense auxquelles vous serez confronté vous mettront dans un état de sidération qui annihilera de votre capacité de réflexion. Ce sont les automatismes qui vous guideront. Si vous n’en avez pas encore, il vous faudra pouvoir compter sur ceux de vos collègues plus aguerris. »

 

« Reporter de guerre en devenir, avant de partir, arrêtez-vous un instant pour faire le point. Analysez vos compétences, et assurez-vous que vous ne vous mettez pas vous-même en danger par manque de formation et de préparation, et que vous serez une valeur ajoutée sur le terrain et non un risque complémentaire pour les populations et les soldats. Et en zone de conflit, sachez vous entourer de reporters de longue date qui pourront vous aider dans les moments difficiles, et vous offriront leur expérience. »

 

« Et vous qui êtes un reporter aguerri, sachez que vos images et votre personnalité sont les raisons qui poussent les jeunes à suivre votre exemple. Vous avez une responsabilité envers eux. Avant leur départ, expliquez-leur la réalité de ce à quoi ils seront confrontés, enseignez-les. Et lorsqu’ils arriveront sur les lieux de conflits, encadrez-les, accueillez-les, formez-les. Ils ont besoin de vous. »

© Crédit photo : Daniel Derajinski




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité