Actualités

Partager sur :
06 juillet 2020
Action UPP en cours

Les parlementaires interpellent le Ministre de la Culture

Vue 173 fois

A la suite de la tribune initiée par l’UPP et signée par les plus grands noms de la photographie française, les parlementaires s’emparent du sujet. Nombre d’entre eux interpellent le gouvernement sur les mesures envisagées en faveur de la photographie. Merci à eux de leur engagement à nos côtés ! 

 

La sénatrice Sofia de la Provôté  a déposé une question écrite, laquelle devrait être publiée au JO du 6 juillet 2020 : 

"Question n° 17068 adressée à M. le ministre de la culture
Mme Sonia de la Provôté attire l'attention de M. le ministre de la culture sur la situation du monde de la photographie.
 
Si elle était déjà dangereusement fragilisée par les évolutions sociétales, la profession de photographe l'est encore davantage aujourd'hui, compte tenu de la crise sanitaire. Les trois mois qui viennent de s'écouler et qui ont conduit à l'arrêt de l'activité des photographes, qu'il s'agisse des commandes comme de la diffusion, furent en effet désastreux.
 
Pour ne rien arranger, le déconfinement et ses perspectives le sont tout autant, entre un été sans grands événements ni expositions, et le pouvoir d'achat d'un public lui aussi frappé de plein fouet.
 
Dès lors, pour les photographes professionnels, comme pour de trop nombreux autres secteurs malheureusement, les conséquences économiques et financières de la crise sanitaire sont et seront dévastatrices. Or, les mesures annoncées par le président de la République et le Gouvernement, notamment lors de l'annonce du plan pour la culture 6 mai 2020, ne suffisent pas. Les fonds sectoriels, par exemple, tels qu'ils sont actuellement organisés, sont largement déficients.
 
Aussi, au-delà de l'impérieuse nécessité de faire face à la crise actuelle pour permettre la survie de ce pan entier de la culture, il est surtout indispensable d'adopter une démarche prospective afin d'assurer la viabilité de l'activité des photographes professionnels. Face à de nouvelles formes de pratiques déloyales et illégales, l'État se doit de défendre le droit d'auteur et la valeur de la photographie, pour que particuliers et entreprises retrouvent l'envie et la volonté d'investir dans la photographie française.
 
Pour tous ces motifs, elle souhaite connaitre les intentions du Gouvernement afin d'aider les professionnels de la photographie à survivre à la crise actuelle, et surtout de leur garantir un avenir."


Vous pouvez suivre l'évolution de la question ici

 

 

Madame Tolmont, Députée de la Sarthe,  a également interpellé Franck Riester, Ministre de la Culture, à travers une question écrite :

 

"Sylvie Tolmont, Députée de la Sarthe, a également attiré l’attention de Franck Riester, Ministre de la Culture, à travers une question écrite, concernant notre interpellation dans la tribune "Sauvez la photographie".
Mme Sylvie Tolmont attire l'attention de M. le ministre de la culture sur les limites des aides octroyées par le gouvernement au secteur de la création dans le cadre de la crise sanitaire covid-19. En effet, nombre d'artistes-auteurs, à l'image des photographes professionnels, soulignent que les décisions prises par les pouvoirs publics ne permettent pas de compenser les pertes générées par l'absence totale d'activité qu'ils ont subie le temps du confinement et sont inadéquates à plusieurs égards. Alors que les auteurs devraient, indépendamment de leur spécialité ou de leurs modalités de diffusion, pouvoir bénéficier du soutien financier de l'État, certains s'en trouvent malheureusement exclus puisque les mesures sectorielles mises en place considèrent la création uniquement sous l'angle de sa diffusion. De plus, il apparaît clairement que les sommes annoncées par le ministère de la culture ne sauront suffire pour soutenir les auteurs et les diffuseurs, ce qui laisse à penser qu'une dotation supplémentaire est absolument indispensable pour accompagner les artistes dans la durée. En outre, et à titre de comparaison, tandis que la sécurité sociale des indépendants a pris la mesure des besoins de ses assurés, aucune mesure d'accompagnement et d'aide sociale n'a été mise en place pour les artistes auteurs qui cotisent au régime Agessa-MDA. Enfin, de manière à permettre une relance de l'activité plus efficace dans un contexte qui s'annonce difficile, des consignes visant à prioriser les commandes de toute forme d'art auprès d'artistes installés en France pourraient être envisagées. Aussi, elle souhaite connaître les intentions du ministre concernant ces manquements et ainsi soutenir pleinement le secteur de la création."



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.