Actualités

Crédit: Renaud Wailliez
Partager sur :

IA et publicité à caractère politique : Google pose un cadre

11 septembre 2023 Juridique
Publié par
Vue 187 fois

Dès novembre prochain, les publicités électorales diffusées sur les plateformes de Google, en particulier YouTube, mais aussi les autres sites web de son réseau d'affichage publicitaire, devront indiquer clairement si les images ou le son ont été modifiés par des outils d'intelligence artificielle.

Google a modifié la politique de contenu politique de l'entreprise à quelques mois de l'élection présidentielle américaine de 2024, et alors que d'autres Nations d'envergure (Afrique du Sud, Inde, Union Européenne) entrent également dans une phase de campagne électorale. Elle imposera des annonceurs qu'ils divulguent lorsqu'une annonce électorale contient des éléments générés avec des technologies d'intelligence artificielle. Google interdit déjà les manipulations de contenu numérique et les publicités contenant des allégations mensongères susceptibles de tromper sur des sujets politiques, sociaux et d'ordre public et d'affaiblir considérablement la participation à un processus électoral ou démocratique, ou la confiance dans celui-ci.

Aux Etats Unis, des deepfakes (vidéos réalistes mais générées par IA) ont déjà été diffusées pour tenter d'influencer les électeurs. Les fausses images ont toujours été présentées dans le cadre de campagnes politiques, mais l'IA le rend plus aisées à produire et plus crédibles. Il est ainsi possible, désormais, de produire des vidéos faisant prononcer à son adversaire des paroles qu'il n'a jamais dites. C'est d'ores et déjà le cas aux Etats Unis, où Ron DeSantis a récemment créé la polémique par ses vidéos de campagne, et où une image artificiellement créée a annoncé la prétendue arrestation de Donald Trump.

Cet engagement volontaire de Google est "un pas dans la bonne direction", mais il n'est pas suffisant, estime la Sénatrice Any Klobuchar. Cet été, elle a présenté le REAL Political Ads Act, un texte législatif qui exigerait une clause de non-responsabilité sur les publicités politiques utilisant des images ou des vidéos générées par l'intelligence artificielle. Elle encourage la Commission électorale fédérale (FEC) à élaborer une réglementation visant à réglementer les publicités électorales frauduleuses générées par l'IA.

 

 

Stéphanie de Roquefeuil

 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité