Actualité

Vue 230 fois
25 avril 2019

Rapport d'activité UPP 2018

En prenant ses fonctions en mars dernier, le nouveau Bureau s’est d’abord employé à répondre à la question : « Pourquoi l’UPP ? » Il est arrivé à la conclusion que la mission de cette association tenait en trois verbes et autant d’actions : rassembler, informer et défendre

Le Conseil d’Administration a ainsi choisi de répartir les ressources propres de l'association, ses compétences ainsi que celles de ses bénévoles au sein de ces trois domaines d'action.

1. Rassembler

Rassembler tout d’abord, car comme le dit l'adage, « Ensemble on va plus loin », et la représentativité de l’association en dépend. Elle est déjà reconnue par les pouvoirs publics comme un représentant crédible des photographes professionnels et de leurs métiers. Cette crédibilité sera d’autant plus importante que les photographes qu’elle représente seront nombreux. C'est de plus un besoin vital puisque ses ressources viennent à plus de 90% des cotisations de ses membres.

L'UPP est heureuse de vous annoncer que sa remontée en puissance continue. En 2018, notre représentativité a encore cru puisque nous avons accueilli 60 nouveaux membres. La souplesse offerte par les nouveaux modes de règlement de la cotisation (prélèvement bancaire ou carte bancaire en ligne) n'est bien sûr pas étrangère à cette remontée. Mais nous nous félicitons également de voir arriver un public d'anciens adhérents qui reviennent, ainsi que de plus jeunes photographes qui nous rejoignent car l'UPP est l'association de TOUS les photographes professionnels : auteurs et photojournalistes, bien sûr, mais aussi artisans et salariés comme vous l'avez décidé lors de l'AGE de mars 2018.

Rassembler se fait aussi à l’échelle du territoire, grâce à la création d’un poste de Vice-Président en charge des régions souhaité par le Président de l’association. Le poste a pour objectif de faire remonter plus directement les attentes et besoins des régions. Le Vice-Président en charge des régions est une véritable courroie de transmission entre les délégations régionales et l’UPP nationale en vue d’une bonne synergie d’action entre le local et le national. 

Et enfin -alors que cela aurait pu n'être qu'anecdotique- vous avez plébiscité le principe de l’apéro convivial offert par l’UPP aux adhérents et aux professionnels, 3 fois par an, en Arles, à Perpignan et au Salon de la photo à Paris. Parce que se rencontrer et échanger autour d'un verre est le meilleur moyen de rompre l'isolement. Parce que l'UPP se doit de rassembler les photographes mais aussi tous les autres acteurs de l'écosystème.

 

2. Informer

En ces temps de réformes, l’UPP informe les photographes professionnels. Aller chercher, centraliser et redistribuer l’information est la raison d’être d’une organisation professionnelle, et l’UPP s’est fixée comme mission de soulager les photographes en réalisant pour eux une veille sur les évolutions de leur cadre professionnel, de leurs droits et de leurs devoirs.

La transmission aux photographes des informations obtenues par les référents et les représentants de l'UPP au sein des différentes institutions a été réalisée en 2018 par le biais de deux canaux de diffusion privilégiés: les e-mailings et les réseaux sociaux de l'association.

  • Ainsi l'association a envoyé 42 mailings à ses adhérents durant l'année écoulée. 15% détaillaient les évolutions actées du statut de photographe, et les points de vigilance à garder en tête et 85% concernaient des événements organisés à l'UPP (lectures de portfolio, conférences).

  • Quant aux réseaux sociaux, la page Facebook de l'association (10.000 abonnés) s'est faite le relai de 40 informations, communiqués de l'association et articles de veille sur la condition de photographe, engageant ainsi un public plus global dans l'année de 150.000 personnes concernées par ces problématiques.

L'information passe aussi par l'organisation de conférences et de rencontres thématiques au bénéfice de nos adhérents sur les sujets qui importent aux photographes professionnels (protéger son travail sur le web, les moyens de financements participatifs, la réforme de l'impôt, etc.). En 2018, 30 conférences et réunions ont été organisées sur l'ensemble du territoire national, réparties équitablement entre la Maison des Photographes et les délégations régionales.

Pour aller encore plus loin dans la transmission de ces informations en 2019, l'UPP a fait deux choix stratégiques: refondre entièrement son site internet pour permettre un accès plus simple à l'information et recruter une juriste senior, Stéphanie de Roquefeuil, qui assurera une permanence téléphonique sur rendez-vous au profit des adhérents les lundis.

 

3. Défendre

Défendre l'ensemble de notre profession est la troisième raison d’être de notre association, puisqu'en ces temps de changements sociétaux et de réformes, il est essentiel de rappeler à chaque instant aux institutions, au gouvernement et au grand public les spécificités du métier de photographe. Alerter, expliquer, s'opposer, expliquer encore... pour permettre aux photographes de continuer à faire leur travail dans les meilleures conditions possibles, et à en vivre puisque c'est leur profession.

Défendre les photographes quand, suite à l'augmentation du taux de CSG pour tous les français, ils ont été simplement "oubliés" des mécanismes de compensation pourtant promis à tous les actifs. Faire entendre leur voix pendant toute cette année précédant la réforme de la sécurité sociale des auteurs, anticiper l'arrivée du prélèvement à la source de l'impôt, préparer la réforme future des retraites. L'UPP a écrit aux ministres et alerté, en son nom propre, ou dans le cadre de lettres communes (avec l'AFD, le CPE).  Ces mobilisations et ce travail de fourmi portent déjà leurs fruits.

Les référents de l'association ont participé aux réunions de concertation au sujet de la réforme de l'Agessa, ils ont porté la voix des auteurs photographes, et obtenu l'affiliation dès le premier euro pour les auteurs en BNC. Cette évolution était une demande majeure de l'UPP, permettant ainsi aux photographes professionnels d'éviter le précompte, trop souvent source de difficultés avec leurs clients en début de carrière.

Au-delà de ces chantiers de réformes, l'UPP continue à représenter les photographes au quotidien, à expliquer leurs particularités et à défendre leurs droits auprès des ministères: de la Culture, des Affaires Sociales, des Finances.

Elle est leur porte-parole dans le cadre des réunions du Parlement de la Photographie, créé sous l'impulsion de la Déléguée à la Photographie Marion Hislen pour faciliter le métier de photographe, et envisager ensemble les meilleurs solutions aux problèmes qui les touchent. C'est à ce titre par exemple, que des solutions sont en discussion avec la CCIJP pour faciliter l'obtention de la carte de presse pour les photojournalistes, via un assouplissement des critères d’intégration des revenus dérivés de la presse aux revenus presse. L'UPP a également été conviée aux réunions préparant la création du CNPAV(Conseil National des Professions des Arts Visuels) et aspire à être représentée au sein de son bureau pour le mandat à venir, bénéficiant en cela du soutien de l'Alliance Française des Designers.

 

Le bilan 2018 entérine le renouvellement de l’UPP

La « nouvelle UPP » promise en 2016 par Serge Deleu, alors Président, continue à se construire, pierre après pierre, au gré des remarques et retours d'expérience de chacun de nos membres. 

D'aucuns continueront de trouver que tout ça ne va pas assez vite, et pourtant ! Quand je rencontre les nouveaux visages qui viennent grossir les rangs des bénévoles actifs de l'association ou de ses délégations régionales, donnant un peu de leur temps, de leur talent, de leur motivation pour la collectivité, il est impossible de ne pas voir d'avancées !

Il n'est pas encore temps de se retourner pour mesurer le chemin parcouru, de nombreux chantiers nous occupent et nous occuperont encore, mais sans attendre ce moment, je souhaite me faire la porte-parole du Bureau et du Conseil d'Administration pour remercier chaleureusement tous les bénévoles qui ont œuvré et continuent œuvrer à cette renaissance !

 

Sandra Chenu Godefroy, Secrétaire Général

 

Documents


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.