Actualités

Vue 8308 fois
12 mars 2020
Action UPP en cours

Conséquences socio-économiques de l'épidémie de Covid-19 pour les photographes

CONSÉQUENCES SOCIO-ÉCONOMIQUES DE L'ÉPIDÉMIE DE COVID-19 POUR LES PHOTOGRAPHES (et AUTRES INDÉPENDANT.E.S, PIGISTES, INTERMITTENT.E.S

Comme de nombreuses et nombreux travailleuses ou travailleurs en bout de chaîne, souvent prestataire indépendant.e.s, je subis de plein fouet le ralentissement économique provoqué par l’épidémie de coronavirus et les annulations en cascade d’évènements ou de projets sur lesquels nous travaillions ou allions travailler pour les prochaines semaines.

Si les grandes entreprises et la fonction publique ont des trésoreries et des garanties pour maintenir leur activité, il en va autrement pour nous autres indépendant.e.s. Qui en plus d’avoir une fragilité économique de nature, n’avons pas de représentants forts pour peser sur les mesures de soutien qui vont se mettre en place.

Toutefois plusieurs choses peuvent exister à mettre en pratique dès maintenant ou à anticiper :

 Côté fiscal :

Il est possible de demander un report et/ou une modulation des cotisations que l’on doit à l’URSSAF quand on est artiste auteur, micro-entrepreneur, ou en entreprise individuelle. (Mauvais timing pour les auteurs, car l’URSSAF a récupéré depuis le 1er janvier la gestion de nos cotisations avec beaucoup de bugs, et va devoir gérer cette crise en même temps)

-> https://www.urssaf.fr/…/autres…/epidemie-de-coronavirus.html

-> https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

On peut aussi à l’échelle individuelle modifier son taux de prélèvement à la source et certains acomptes prévisionnels pour tenir compte de la baisse de revenus qui s’annonce pour 2020.

-> https://www.impots.gouv.fr/portail/

 Côté retraite :

Il est possible de demander à l’IRCEC, caisse de retraite complémentaire des auteurs, une modulation de ses cotisations ou un report via son espace privé. De même, une demande d’aide sociale peut être effectuée pour avoir une prise en charge de ses cotisations. Ca prend du temps de remplir le dossier, mais comme on a du temps libre suite à toutes ces annulations, ça peut se faire.

-> http://www.ircec.fr/contactez-nous/

 Côté assurance maladie :

Si vous êtes malade et/ou atteint du fameux virus (qu’on ne dépiste plus systématiquement), ou placé à l’isolement ou parent d’un enfant scolarisé, vous pouvez sous conditions êtres indemnisé sans jours de carence par l’assurance maladie. Ça peut marcher pour les indépendant.e.s, l'indemnisation sera calculée sur une partie de nos revenus des mois/années précédents. Ne pas hésiter à faire les démarches, c’est toujours quelques centaines d’euros de récupérées. Et c’est un droit. À suivre de près comment ça va se passer si on nous oblige au confinement.

-> https://www.ameli.fr/…/coronavirus-des-declarations-darret-…

-> https://solidarites-sante.gouv.fr/…/indemnites-journalieres…

 Côté prestations sociales :

On croit souvent à tort que quand on est indépendant.e.s, on ne peut bénéficier des prestations sociales (logement, RSA, famille), or on est tout à fait éligible même si leur calcul demande un peu plus de travail. Ne pas hésiter à faire une simulation de sa situation sur le site dédié de l’Etat : https://www.mesdroitssociaux.gouv.fr/dd1pnds-ria/index.html

 Côté chômage :

Audiens va proposer dès la semaine prochaine des solutions et mesures concernant les pertes de revenu chez les journalistes pigistes ou les intermittents.
À suivre ici -> https://www.audiens.org/…/crise-du-coronavirus-audiens-se-m…

Peut être que certains avec une prévoyance perte d’activité peuvent avoir des aides, mais je n’ai pas de témoignage en ce sens. Surtout qu’il s’agit d’un cas de force majeure.

Pour les journalistes pigistes, les droits aux chômage pour lesquels on cotise étaient déjà difficiles à obtenir. Et ils seront moins hauts avec la réforme de l’assurance chômage. Mais ça peut valoir le coup de s’y pencher surtout si vous n'avez que des revenus de cette nature.

 Côté juridique :

Joëlle Verbrugge, avocate et photographe, a mis à jour et diffuse gratuitement sa fiche juridique sur les conséquences contractuelles en cas d'annulation entres acteurs économiques. C’est plein d’enseignements même si l’époque incite au fair-play et à la médiation - (je ne pratique pas les acomptes mais on m'a remboursé sans problème les frais engagés en vue d'évènements qui ont été annulés)

-> https://www.29biseditions.com/…/646-le-photographe-le-coron…

 Côté banques :

Prévenir son ou sa conseillère bancaire en avance. Augmenter son découvert possible ou faire une demande de prêt de trésorerie. Je sors d’un rendez-vous avec le Crédit Coopératif qui peut me faire un prêt sans conditions de 7000€ à 1,90% pour pallier la perte d’activité. C’est le genre d’outil utile.

Pour celles et ceux qui ont des crédits à honorer, voir pour les moduler ou reporter une échéance.

 Côté vie professionnelle :

Pour beaucoup de métiers, notre production de valeur économique se fait sur des actions concrètes sur le terrain (prise de vue, captation, spectacles, etc.). De fait, à force d’être confiné il va falloir penser les quelques semaines à venir pour créer de la valeur autrement : mettre à jour son site web, faire des tirages photo ou un projet de livre, du tri dans sa compta ou dans son activité. Bref, on est des créatifs et on va être créatifs dans les prochaines semaines pour occuper ce temps-là qui s’ouvre à nous. #semettreenresidence Mais il est clair qu’un confinement sans soutien économique direct, c’est pour les indépendant.e.s une double peine et une rupture d’égalité.Si vous avez des ressources et conseils, n’hésitez pas à me le dire, que je mette à jour.

(et pensés pour les plus faibles socialement et économiquement, et les malades, bien entendu. Je n’en fais pas partie, et j’ai de la chance).


Pierre Morel 
Administrateur UPP


Stéphane STEF BRAVIN
Il y a 15 jours
Coté banque : Quand la banque vous refuse une augmentation d'autorisation de découvert, et qu'en réponse on se retrouve avec la CB bloquée ? Comment faire... ?
Je suis toujours "border line" avec mes comptes, et donc mal vu par mon conseiller, mais il y avait du travail prévu en avril et mai, de quoi largement recouvrir. Comme toujours, des décalages de trésorerie. Je souhaitais aussi ouvrir un compte pro, refusé. Que faire en cette période plus que délicate ???

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.