Calendrier des événements

Partager sur :

Vernissage des lauréats du Prix UPP/PICTO : Aline Deschamps et Julien Pebrel

Parce qu'il était primordial de défendre la création et la diversité des regards, l'UPP et PICTO ont organisé en 2021 un concours gratuit, à thématique libre, dont le but était de soutenir deux photographes professionnels dans la conception et la réalisation d'un projet photographique puis à les présenter au sein d'une exposition commune.


L'UPP est ravie de vous inviter au vernissage de cette exposition commune de nos deux lauréats 
 :

- "
I Am Not Your Animal" d'Aline Deschamps 
- "
Le Royaume de Dali" de Julien Pebrel.
 
 
Le vernissage se tiendra le jeudi 8 septembre 2022 à partir de 18h30.
L'exposition sera visible du 8 au 29 septembre.

Exposition "I Am Not Your Animal"

Aline Deschamps

 


© crédit photo : Aline Deschamps

 

Aline Deschamps (1991) est une photographe franco-thaïlandaise et ambassadrice Canon. Diplômée d'un Master en Relations Internationales (La Sorbonne-Paris1) et d’un post-diplôme Arts Numériques (EPSAA), son travail s’intéresse à des enjeux géopolitiques et aux défis de représentation contemporains. Il répond notamment à des questions identitaires telles que l’exil, la migration et le patrimoine culturel. À travers ses images, Aline cherche à traduire visuellement des phénomènes sociaux, à offrir des images qui renversent les stigmas et défient notre imaginaire collectif. 
Ambassadrice Canon, et aujourd’hui basée entre Paris et Beyrouth, son travail a été publié dans diverses publications (The British Journal of Photography, The New York Times, Granta, Vision(s), Konbini, Libération, etc.) et a été entre autres exposé au Sharjah Art Foundation, au Gulf Photo Plus, et à la BKK Gallery. 

Son dernier projet, I Am Not Your Animal est un témoignage visuel du quotidien d’anciennes employées domestiques au Liban. Le titre de la série découle des discussions avec ce groupe de femmes sierra léonaises, qu'Aline Deschamps rencontre pour la première fois au printemps 2020. Toutes ont partagé leurs expériences d’exploitation et de déshumanisation. Une phrase se répétait sans cesse : « Ils ne me traitaient pas comme un être humain, ils me traitaient comme un animal. »

I Am Not Your Animal
se présente comme une réponse visuelle à la façon dont ces femmes sont perçues. La série tente de traduire l’expérience intersectionnelle d’être une femme noire migrante au Liban, confrontée au racisme systémique dans un pays où le corps noir n’est souvent réduit qu’à une seule position : celle de la « bonne ». 

Esclavagisées dans le système de la kafala, ces femmes s’étaient soit échappées de la maison de leurs employeurs, soit avaient été abandonnées dans les rues de Beyrouth en 2020, en pleine pandémie et dans un contexte d’effondrement économique du pays. La majorité n’avait pu récupérer ni passeport, ni salaire, et n’avait donc aucun moyen de retourner à leur patrie. Coincées à Beyrouth, elles tentent de survivre ensemble et partagent leurs sentiments de peur, de honte, de chagrin, et la mince lueur d’espoir de pouvoir un jour retrouver leur famille.


© crédit photo : Aline Deschamps

 


© crédit photo : Aline Deschamps

 

Près de deux ans après, et grâce au soutien de la bourse du Prix UPP- Picto, Aline s’envole pour Makeni en Sierra Leone et se réunit avec les femmes qu’elle avait rencontrées à Beyrouth, qui ont entre temps été rapatriées. Elle y rencontre aussi d’autres survivantes, celles revenues de la traite humaine des États arabes du Golfe.

Dans cette terre luxuriante, la série documente le rejet de ces femmes arrivées dans leur village les poches vides, la construction d'une communauté solidaire entre survivantes d'esclavagisme, et une réintégration parfois douloureuse au sein des familles. Mais les scènes les plus mémorables rendent honneur à ces femmes et illustrent : la création d’une communauté entre anciennes employées de maison, les manifestations et les théâtre de rue où les femmes préviennent haut et fort contre les abus de la kafala, les projets agricoles qu’elles mènent ensemble afin subvenir à leurs besoins et générer des revenus ; et bien sûr la création d’événements ludiques pour que les participantes reprennent confiance en elles et en leurs corps tel ce  “concours de beauté pour employées de maison”. 

Tout en veillant à ne pas effacer la souffrance de ces femmes, le travail de documentation d'un quotidien lent et apaisé, offre une nouvelle vision des travailleuses domestiques migrantes dans la région. À travers des moments de joie et de complicité, la série célèbre quelque chose qui leur a été si souvent refusée au Liban : la fierté d'être une femme noire.

 

A reçu le soutien de Brouillon d’un rêve de la Scam et du dispositif La Culture avec la Copie Privée.

  

 

Exposition "Le Royaume de Dali"

Julien Pebrel

© crédit photo : Julien Pebrel

 

Julien Pebrel est un photographe indépendant, membre de l’agence Myop, et nous partage sa vie entre Paris et Tbilissi en Géorgie. Après une formation scientifique, il s'est orienté vers la photographie en étudiant le photo-journalisme à l'EMI-CFD à Paris. Ces dernières années, Julien Pebrel a travaillé en majeure partie dans l'espace qu'on qualifie souvent de post-soviétique, en Moldavie, en Russie, en Bulgarie, en Roumanie dans le delta du Danube et dans le Caucase du Sud : Arménie, Géorgie, Abkhazie et Haut-Karabagh.

Depuis 2017, Julien Pebrel se concentre sur la Géorgie où il mène un projet documentaire photographique et cinématographique, touchant différentes problématiques de la Géorgie contemporaine (les réfugiés, le développement économique, le traitement des minorités ethniques et religieuses, la frontière avec les républiques sécessionnistes, etc) et à son expérience intime avec ce pays. Son travail a été soutenu par le CNAP, la SCAM, le journalismfund.eu et l’Université de Californie du Sud et a été publié, entre autre, dans le Magazine du Monde, ainsi que XXI, L’Obs, the Sunday Times Magazine, The Financial Times Magazine, the Guardian, Internazionale, The Washington Post, Géo, nationalgeographic.com.

            

© crédit photo : Julien Pebrel   

Quelques mots sur sa série "Le Royaume de Dali" :
Une équipe de cinq bergers, perdus dans la steppe du sud-est géorgien : Jemal, Anzor, Levan et Simon et enfin Beso, dont le responsable est situé dans une ferme à quelques kilomètres de l’Azerbaïdjan, au pied du Mont Dali, nommé ainsi par une déessepatronne des animaux sauvages dans la mythologie géorgienne. L’été, la température est caniculaire, mais l’hiver l’herbe y est mieux qu’ailleurs et le climat plus doux. Les bergers vivent six mois au pied du Mont Dali et six mois dans les montagnes de Javakhétie pendant la période estivale. Et comme intermède entre les deux saisons, la transhumance qui s'étend sur deux semaines.
Julien Pebrel les a suivi en 2019 dans cette région et lors du départ de leur transhumance et aimerait avec la Bourse UPP-PICTO, poursuivre ce projet en allant les rencontrer dans les hauts plateaux de Javakhétie en été.

 

     

© crédit photo : Julien Pebrel  

 

                                        

 

Du Jeudi 8 septembre 2022
18h30
au Jeudi 29 septembre 2022
18h00 (GMT +2)
Date limite d'inscription : 8 septembre
Union des Photographes Professionnels
11 Rue de Belzunce
75010 Paris
  • Gratuit


Inscriptions closes
Localisation

Union des Photographes Professionnels

11 Rue de Belzunce
75010 Paris
Autres événements

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Du Jeudi 8 septembre 2022
18h30
au Jeudi 29 septembre 2022
18h00 (GMT +2)
Date limite d'inscription : 8 septembre
Union des Photographes Professionnels
11 Rue de Belzunce
75010 Paris
  • Gratuit


Inscriptions closes
  • Ajouter à mon agenda
  • Autres événements